La livre TOURNOIS monnaie Française du 13° siècle.

Sommaire :

Définition

LA MONNAIE

LA MONNAIE EN FRANCE

L'écu, le franc, la livre tournois, le louis

Valeur des monnaies

Pièces de monnaie

Denier Tournois de Philippe Auguste

Denier de Pariage

Gros Tournois de Louis IX.

Petit Royal Assis

                   

: tournois.alain@orange.fr

DEFINITION

En France, la livre carolienne a été définie par Charlemagne pour un poids de 491 g; la livre parisis (489 g), introduite sous Louis VI, se subdivisait en 20 sols (sous) et le sol en 12 deniers. Le denier étant la monnaie courante, la livre de 240 deniers jouait le rôle de monnaie de compte. Par la suite, son poids de métal, argent ou or, a été successivement réduit, et les pièces frappées à l'atelier de Tours (livre tournois) pouvaient avoir des valeurs différentes. Les pièces ont pris également le nom de franc à partir de 1360; franc et livre désignèrent l'unité monétaire française jusqu'à la Révolution.

Données encyclopédiques, copyright © 2001 Hachette Multimédia / Hachette Livre, tous droits réservés. .
Copyright© 2001 Yahoo! France. Tous droits réservés.

LA MONNAIE

Le troc, durant des millénaires, suffit aux hommes pour effectuer les échanges de biens et de services. Puis apparurent en Asie Mineure et en Mésopotamie les cachets et cylindres, qui servirent de marques de propriété, lettres de changes, traites et reçus. Sur les bords de l'Indus, des barres de cuivre étaient utilisées dès le 3ème millénaire av. JC, et un peu plus tard des lingots de fer en Grèce et au Moyen Orient.
Dans les autres régions du monde on utilisait la morue, les coquillages, le cuir, les fourrures, le cacao ou la poudre d'or, et en Europe les bœufs [le mot pécuniaire vient de pécus (troupeaux), le mot capital de caput (tête)] ou le sel, [qui servit à payer les légionnaires romains, d'où le mot salaire] puis vinrent des barres de métal, disques, bijoux ou lingots de métaux précieux.

Vers 650 av. JC, les premières pièces en or et argent sont frappées en Asie Mineure, puis en Perse.

Après l'Asie Mineure la monnaie se répandit assez vite en Grèce, puis à Rome.
En Grèce, frappe du drachme en 561 av. JC, puis de l'obole (1/6 de drachme). Chaque Cité frappa sa propre monnaie, tel le statère.
Au début de l'Histoire de Rome fut d'abord utilisée une barre de bronze, l'aes. Puis à partir du 3e siècle av. JC vinrent l'as signatum en bronze pesant 1 livre (324 g) [frappé au Capitole dans le temple de Juno Moneta, de monere (avertir) allusion aux oies du Capitole, donna le mot monnaie], son poids diminua ensuite jusqu'à 1/12e de livre (As oncial) et devint la plus petite pièce sous l'Empire], le sesterce d'or, d'argent, (valant 2 As 1/2 sous la République), puis en laiton (valant 4 As sous l'Empire), le denier d'argent (valant 10 as), l'aureus d'or.
Les Romains utilisaient le terme nomisma (du grec nomos, consacré par la loi). Le dinar vient du denier romain.

La monnaie en FRANCE

En Gaule les premières monnaies gravées apparurent vers le IVe siècle av. JC, chaque peuple gaulois frappant les siennes.. Sous les Mérovingiens ce fut le triens et le sou, en or. Au VIIe siècle abbayes, villes et seigneurs battent monnaie. La 1ère monnaie royale française apparut sous Dagobert (629-639). Pépin le Bref (751-758) frappa le denier d'or, valant 1/12e de sou et 1/240e de livre.
Après les Francs, la monnaie d'or ou d'argent disparut d'Europe durant 3 siècles. Les dernières pièces en or, les solidus, furent frappées durant le règne de Louis le Pieux, roi des Francs (813-840).

Les différentes pièces furent souvent nommées d'après le dessin figurant sur l'une des faces, aussi il est difficile de faire un inventaire exhaustif des pièces ayant eu cours en France (obole, liard, aignel, carolus, teston, etc...)

L'ECU, le FRANC, la LIVRE TOURNOIS, le LOUIS

La monnaie de compte, unité conventionnelle servant à exprimer le montant des transactions, devint la Livre, tout d'abord la Livre Parisis (de Paris) à partir de Hugues Capet (987), puis la Livre Tournois (de Tours) utilisée dans l'Ouest de la France, qui supplanta la Livre Parisis à partir de Philippe Auguste. Le système de compte dans lequel 1 Livre tournois valait 20 sous (sols) et 1 sou 12 deniers resta en vigueur jusqu’à la fin du XVIIe siècle.

Louis IX (St-Louis) imposa la monnaie royale, s'engageant, avec les premiers deniers à l'écu d'or en 1266 (écus), à ne frapper que de la monnaie de bon aloi. Cet écu ne circula pas, servant de monnaie de prestige. Ce ne fut que sous Philippe le Bel que les monnaies d'or et d'argent revinrent en circulation.

L'Aquitaine, le Guyennois, la Lorraine, la Bourgogne, Avignon, le Béarn, la Bretagne, Verdun, la Savoie bien sûr, continuèrent à frapper leur propre monnaie jusqu'à leur rattachement respectif au royaume de France. Portrait de JeanIIle Bon (musée du Louvre)

Du 14e siècle à 1792 circula le liard, valant 3 deniers 1/4 de sou.
La pistole fut un moment monnaie de compte, valant 10 livres.

En 1356 Jean le Bon fut fait prisonnier à Poitiers par les Anglais ; afin de le rendre "franc", c'est-à-dire libre, fut frappée une pièce d'or fin valant 1 livre tournois, dont la légende était : "Jean, roi des Francs par la grâce de Dieu" écrite en Latin ; cette pièce garda le nom de franc, puis l'on prit l'habitude d'appeler "franc" la livre tournois jusqu'à la fin du 17e siècle.

En 1475 Louis XI remplace les écus par l'écu-sol (écu au soleil).

Au 16e siècle de nouvelles pièces d'or apparaissent : masse, agnel, teston, royal, parisis, mouton, salut, franc, angelot, chacune correspondant en fait à une dévaluation.

En 1575 Henri III frappa le franc d'argent, valant toujours 1 livre tournois, puis des 1/2 et 1/4 de franc. 

En 1641 Louis XIII crée le louis d'or, qui gardera son poids de 6,75 g jusqu'en 1709 (l'écu d'or fut démonétisé en 1679 et ne fut plus frappé qu'en argent).
Circulent alors le louis d'or, l'écu en argent (ou louis d'argent), deniers, sous, billons, et liards en cuivre.

De 1701 à 1716 des billets de monnaies furent remis en échange des pièces afin de surcharger celles-ci, mais le remboursement se fit attendre et les billets portèrent intérêt pour un remboursement en 1704, les billets de plus de 150 livres étant convertis en billets portant intérêt de 7,5 %, puis à 5 %.
En 1716 fut fondée la Banque Générale de Law, chargée d'émettre des billets libellés en écus moyennant versement d'un poids d'argent et de supprimer la circulation des pièces, et de permettre le développement des opérations de crédit. En 1718 furent interdits les règlements en espèces d'argent de plus de 600 livres, jusqu'au limogeage de Law en 1720, date à laquelle la circulation des pièces est rétablie. Cette parenthèse a ruiné de nombreuses personnes mais a permis aux paysans d'effacer nombre de leurs dettes et a relancé les entreprises.

La valeur de l'écu ne cesse de varier : en 1709, 43 variations de cours, et 35 variations sous le règne de Louis XVI.
En francs d'aujourd'hui, la livre valait 150F sous François 1er, 105 F de Henri II à Louis XIII, 62 F sous Louis XIV, 35 F sous Louis XVI, puis baissa encore à 19 F jusqu'à la Révolution.

Sous Louis XVI circulent :
- en or : le double louis (48 livres), le louis (24 livres ou 4 écus), le 1/2 louis (12 livres).
- en argent : l'écu (6 livres), le petit écu (3 livres), le 1/5 d'écu (24 sols), le 1/10 d'écu (12 sols), le 1/20 d'écu (6 sols).
- en billon : les pièces de 2 sols, 1 sol 1/2, et 1 sol.
- en cuivre : le liard double ou 1/2 sol (6 deniers) et le liard (3 deniers).

Dans le langage courant le franc équivalait à la livre : d'où écu de 6 livres ou écu de 6 francs ; on ne disait jamais "6 francs", mais "1 écu". Cet usage demeurait au 19e siècle, où 3 francs étaient synonymes de 1 écu.

En 1790 sont émis les assignats, gagés sur la vente des biens d'Église, portant intérêts au départ puis vite simple papier-monnaie perdant jour après jour sa valeur jusqu'à leur disparition en Juillet 1795 ; ils permirent à beaucoup de s'enrichir (en les utilisant pour acquérir les biens saisis aux émigrés et au Clergé) et en ruinèrent beaucoup d'autres.

En 1793 le buste de Louis XVI fut remplacé sur le louis par une couronne de branches de chêne, puis le Franc remplaça le Louis en 1795 ; il  fut divisé en 10 décimes, lui-même divisé en 10 centimes. Sous le Directoire (1796) apparut la pièce de 5 F en argent.
En 1803, 1 franc germinal en argent valait en 2000 # 15,75 francs soit aujourd'hui # 2,40 €.

Napoléon 1er, la Restauration puis Napoléon III conservèrent le Franc qui fut, de 1795 à 1914, d'une exceptionnelle stabilité, ne subissant aucune dépréciation durant 119 ans.
C'est en 1849 qu'apparurent le visage de Marianne et la devise Liberté, Égalité, Fraternité.
La 3e République (1873) reprit les modèles de 1793 et 1848, et en 1893 furent frappées les pièces de 1 F en argent (qui réapparurent à identique dans les années 1960, mais en nickel). 
En 1900, 1 franc valait en 2000 # 18 F, soit aujourd'hui # 2,74 €.

Le 1er Janvier 1960 entra en vigueur le Nouveau Franc. 1 Nouveau Franc valant 100 Anciens Francs. 

Le 17 Février 2002 le Franc disparaît, au profit de l'Euro monnaie Européenne. 1 Euro valant 6,55957 Francs.

...

Valeur des monnaies

 

Écu, Louis, Livre tournois :

-1266 : St-Louis ( un denier à l'écu = 4,13 gr d'or fin ; une livre Tournois = 8,271 gr d'or fin )

1385 : Charles V (crée un écu Couronné = 22 sous et 6 deniers = 4,08 gr d'or fin)

1419 : Charles VI (crée l'écu Heaumé = 5,59 gr d'or fin = 30 sous)

1473 : Louis XI revient à l'écu ( 3,68 gr d'or fin = 28 sous 4 deniers)

1577 : l'écu ( 3,2 gr d'or fin = 60 sous)

1602 : Henri IV rétablit le système Livre-sous et deniers Tournois (l'écu 3,2 gr d'or fin = 65 sous)

1615 : Louis XIII porte l'écu à 75 sous

1641 : Réforme monétaire, le Louis remplace l'écu et l'écu d'argent (dit Louis d'argent = 25 gr d'argent pur = 60 sous = 6,25 gr d'or fin)

1709 : Louis XIV revient à la livre Tournois ( 1 livre tournois = 0,38 gr d'or fin)

1720 : Louis XV ( 1 livre tournois = 0,31 gr d'or fin)

1785 : Louis XVI ( 1 livre tournois = 0,29 gr d'or fin; 1 Livre = 4,45 gr d'argent pur)

Livre, Franc :

18 germinal An III ( 7/4/1795 ) : le Franc remplace la Livre ( 1 franc = 1 Livre 3 Deniers = 4,5 gr d'argent pur)

1803 (17 germinal an XI) : Double étalon ( 1 franc = 4,5 gr d'argent pur = 290,3225 mg d'or fin ).

Pour mémoire, un gr d'or fin vaut environ 10€ (en 2003)

 

 

Deux espèces de monnaie avaient cours : d’une part la monnaie Parisis (Paris), d’autre part la monnaie Tournois (Tours).

La monnaie Parisis était plus forte que la monnaie Tournois d’un quart.

La monnaie Tournois sera abolie sous Louis XIV, à l’époque où le Cambrésis, et donc Quièvy, fut rattaché à la couronne de France (1678).

• 20 livres Parisis = 25 livres Tournois
• le florin = 25 sols Tournois
• la livre = 20 sols
• le sol = 12 deniers
• le patacon (des Flandres) = 48 sous puis 58 sous
• le patar = 5 doubles
• le sou = 4 doubles

Le sou valait donc légèrement moins que le patar (1)

 

 

 

 

 

1793

 

 

(1) cf C.Thelliez, dans « Histoire de Saint-Hilaire ».

 

Pièces de monnaie

Monnaie de Paris     Informations issues du site de la Monnaie de Paris

 

Hugues Capet (987-996), premier roi capétien, est entouré de puissants vassaux qui frappent monnaie à leur nom. Deniers Beauvaisis, Guingampois circulent en même temps que les deniers émis dans le domaine royal.

 

Sous le règne de Philippe-Auguste (1180-1223), le pouvoir politique et économique de la monarchie capétienne s’affirme. Le souverain utilise la monnaie comme instrument d’unification du royaume.
En 1204, il interdit le denier angevin et le remplace par le denier tournois, frappé en son nom en l’abbaye de Saint Martin de Tours.

Le domaine royal en 1180

 

 

Denier Tournois de Philippe Auguste
Atelier de Saint-Martin de Tours.

Outre le nom du roi, le denier tournois présente un motif caractéristique, le châtel 
(compromis entre le baptistère et la porte de ville).

 

Denier de Pariage
émis par Philippe Auguste
et l'évêque Roger de Rozoy
(1180-1201)

 

 < Buste royal de face        Buste épiscopal de face >

 

Sous le règne de Louis IX, plus connu sous le nom de saint Louis (1226-1270), le commerce international devient important.
Pour répondre aux besoins du commerce, le roi fait frapper deux pièces de forte valeur : le gros tournois en argent, équivalent de 12 deniers (soit un sou tournois), et l’écu en or valant 10 sous.

 

Gros Tournois
de Louis IX.

Surnommé ainsi car il est plus gros que le denier.

 

<Face               Revers>

 

L'écu ne circulant pratiquement pas,la première pièce d'or à être largement répandue en France est le petit royal assis, émis en 1290 par Philippe IV Le Bel (1285-1314).

 

Petit Royal Assis

ou florin d'or
de Philippe IV le Bel.

 

<Face              Revers>

 

Double tournois
Louis XIII - 1633

(Aube)

Double tournois
Henri IV - 1610

(Aube)

Denier tournois
Henri IV - 1608

(Aube)

Désignation 
de la monnaie

Photo

Commentaires et observations

Double Tournois

 Dy 1273

Denier Tournois

 Dy 1274

Denier Tournois 2 type

 

 Dy 1275

Denier Tournois 3 type

 

 Dy 1276

Double Tournois du Dauphiné

 Dy 1278

Denier Tournois du Dauphiné

 

 Dy 1279

Double Tournois de Navarre

 Dy 1280

Denier Tournois de Navarre

 

 Dy 1281

 : tournois.alain@orange.fr